HYPNOTHÉRAPEUTES… CONTRÔLÉS PAR LA DGCCRF


La DGCCRF (qui a pour mission de repérer et contrer les pratiques commerciales trompeuses pour protéger les consommateurs) enquête sur les "M.A.C." dites "médecines alternatives et complémentaires".

Lire mon article complet sur les « M.A.C. » >>>


Dans son rapport du 16 décembre 2019, la DGCCRF met en lumière des insuffisances graves dans le respect de la réglementation.


En 2018, 675 praticiens ont été contrôlés (majoritairement de manière inopinée) par les services de la DGCCRF.

Plus des deux tiers présentaient au moins un manquement.

Cette enquête menée sur les naturopathes, aromathérapeutes, hypnothérapeutes, acupuncteurs, auriculothérapeutes et réflexologues, portait sur le respect de la réglementation en matière d’information tarifaires et sur la nature des prestations proposées. En est ressortie principalement une méconnaissance de la réglementation à l’origine de nombreuses infractions telles que "des pratiques commerciales déloyales, l’exercice illégal de la médecine et une information du consommateur insuffisante."


Des professionnels vont jusqu’à affirmer :

qu’ils "participent à la guérison", "traitent les maladies graves" ou utilisent abusivement des termes médicaux tels que "consultations" ou "patient".


Ce rapport de la DGCCRF fait resurgir l’urgence de mieux réglementer, d’informer davantage, et d’engager une réelle organisation des secteurs non-conventionnels des relations d’aide. Nous alertions déjà Madame la Ministre des solidarités et de la santé (début 2018), au travers de notre étude sur les "médecines alternatives et complémentaires" (M.A.C.) et sur les pratiques de l’hypnose dans des champs biens spécifiques(1).


Voici des extraits choisis du rapport officiel de la DGCCRF(2).


"Allégations thérapeutiques" et "survalorisation" des qualifications des praticiens ont été entre-autres constatées.


"Nombre d’hypnothérapeutes utilisent les termes "hypnose médicale" alors que cette pratique, utilisée pour réduire la douleur ou à des fins d’anesthésie, est un acte médical réservé à des professionnels de santé. De telles allégations sont interdites en l’absence de qualification médicale des professionnels, et présentent également des risques pour la santé des patients qui pourraient se détourner des soins reconnus lorsque les pratiques "non conventionnelles" leur sont présentées comme alternatives et non seulement comme complémentaires aux soins conventionnels."


"D’autres professionnels revendiquent leur efficacité : "arrêter de fumer en 1h, résultat immédiat" sans être en mesure d’en apporter la démonstration."


"En matière de qualification, l’imagination des professionnels est particulièrement développée : emploi des termes "diplômé", "certifié", "agréé" sans posséder de diplôme d’État, de certification ni d’agrément officiel, usage du qualificatif "naturopathe" sans avoir suivi la formation requise, ou du terme "psychothérapeute" par un "psychopraticien" non qualifié."


"Sur les lieux d’exercice des praticiens, l’information des consommateurs est tout aussi défaillante. L’affichage des prix des prestations varie beaucoup selon que les professionnels ont été sensibilisés à cette obligation lors de leur formation (ce qui est relativement rare)."


"Lors de cette enquête, les actions pédagogiques ont été privilégiées afin d’informer les professionnels sur leurs obligations réglementaires s’agissant de l’information délivrée aux consommateurs et de la loyauté des pratiques commerciales. Pour autant, dans les cas d’exercice illégal de la médecine ou d’usurpation de titres, près d’une quinzaine de signalements ont été transmis au procureur de la République(3)."

Lire le rapport complet sur le site officiel >>>


NOTES DE BAS DE PAGE

(1)Le ministère des solidarités et de la santé nous remerciait alors d'avoir transmis à Madame la Ministre, Dr Agnès BUZYN, notre livre"Les Dessous de l'Hypnose en France, Immersion au Coeur d'un Univers Fascinant", Paris, Éditions EUTHYMIX, 2018. G. ETTZEVOGLOV.​

(2)https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/medecines-douces-ou-alternatives-des-insuffisances-dans-le-respect-de-la-reglementation

(3)Article 40 du code de procédure pénale.

1,693 vues

DEMANDE

 & COMMANDE

©2018-2020 ETTZEVOGLOV  / MENTIONS LÉGALES

CONTACT
Gerome ETTZEVOGLOV
Auteur - Conférencier - Consultant
EXPERT EN HYPNOSE


PALAIS GALLÉAN
5, rue Galléan
06000 NICE
Tél:  06.28.26.31.63

L'hypnose ne se substitue à aucun avis ni traitement médical.
  • Google+ Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon