DEMANDE

Gerome ETTZEVOGLOV
Auteur - Conférencier - Consultant
EXPERT EN HYPNOSE
17, rue de l'Hôtel des Postes
06000 NICE
Tél : 04.23.13.09.09

L'hypnose ne se substitue à aucun avis ni traitement médical.
  • Google+ Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon

©2017-2019 EUTHYMIX  / MENTIONS LÉGALES

Vous recherchez des informations sur l'hypnothérapie à Nice ou bien vous envisagez de rencontrer un hypnothérapeute à Nice ?

 

Permettez-moi de vous offrir un extrait de mon livre : "Les Dessous de l'Hypnose en France, Immersion au Coeur d'un Univers Fascinant", Paris, Éditions EUTHYMIX, 2018." G. ETTZEVOGLOV. 


 

" DES AJUSTEMENTS NÉCESSAIRES 

 

Pour aborder le vaste sujet de l’hypnose dans « les relations d’aide », il nous parait important de nous abstenir de l’abstraction la plus courante. Elle consiste à réduire l’ensemble des pratiques des relations d’aide ayant recours à l’hypnose, à un seul terme : « l’hypnose ».
 

Cela constitue à notre sens la première cause de confusion. Cette absence de précision trouble aussi considérablement l’univers des professionnels de l’hypnose, et y crée des divisions et des polémiques.

Les pouvoirs publics et les instances régulatrices qui seront amenés tôt ou tard à réfléchir à une législation pour un encadrement des pratiques de l’hypnose, sont aussi sérieusement impactés par cette imprécision. 

 

En effet, on ne peut parler sérieusement de « l’hypnose » qu’en la replaçant dans des contextes, des champs de compétence et des cadres (théoriques, éthiques ou législatifs) précis. Il nous faut donc préciser : l’hypnose par qui, l’hypnose pourquoi, l’hypnose dans quel cadre et l’hypnose comment ? 

 

Une seconde erreur consiste à utiliser les termes hypnothérapie et hypnothérapeute pour englober des pratiques de l’hypnose dans les relations d’aide et leurs exercices. 

Nous n’utiliserons pas ces termes ici. Pourquoi ? Parce qu’en l’état actuel, il n’existe pas "UNE" hypnothérapie. C’est une illusion qui participe aussi de nombreux amalgames. Il n’y a que "DES" pratiques de l’hypnose. Elles sont suffisamment nombreuses pour ne pas les réduire à un terme qui est sujet à trop d’interprétations, et aussi prétexte à quelques excès. 
 

L’hypnose n’est pas une thérapie. L’hypnose apportée à la thérapie n’est pas une hypnothérapie. L’hypnose dans une relation d’aide est un adjuvant à cette relation d’aide et ses objectifs prédéfinis, qui se doivent d’être clairs et lisibles. 

Il faut bien distinguer chacune des utilisations de l’hypnose pour éviter aux praticiens de l’hypnose de déborder de leurs champs de compétence, au principe qu’il porte un titre semblable à celui des autres. Ces « Autres » sont souvent issus d’horizons et de formations différents.  

 

C’est un mauvais raccourci de penser que l’hypnose est une thérapie. Il est tout aussi simpliste de penser que hypnose plus une thérapie est égale à une hypnothérapie. 

En effet, l’hypnose tout comme la communication est un moyen qui peut être utilisé dans divers champs d’application de façon ponctuelle ou régulière. On les dénombre en quatre grandes catégories distinctes :


- les champs de la santé mentale,

- les champs de la santé physique,
- les champ du bien-être,
- les champs plus larges des langages*.

*Hypnose conversationnelle et ses applications possibles.


LA NOTION DE  « RELATION D'AIDE »
 

Tout d’abord, rappelons qu’il n’existe pas une seule forme de relation d’aide mais des genres différents de relations d’aide. Leur objectif commun est certainement de faciliter chez l’ « Autre » l’accès à des ressources en vue de la meilleure croissance qu’il soit pour lui. Dans certaines formes de relations d’aide, l’Autre prendra la forme d’un individu, d’un patient ou d’un groupe d’individus ou de patients. 

Les relations d’aide sont multiples dans la mesure où toute interaction intègre et éthique visant à favoriser une bonne croissance, une plus grande autonomie, ou une meilleure santé constitue à chaque fois une forme spécifique de relation d’aide. Bien entendu, comme nous allons le voir, dans certains cas, elles peuvent être imbriquées. 

 

Nous laisserons de côté les relations d’aide privées d’ordre familial ou amical « parents-enfants, couples divers, amis chers… », et les relations d’aides professionnelles de type « consultants-clients (coaching d’entreprise), conseillers pédagogiques ou professionnels, entraineurs ou préparateurs sportifs… ».

 

Nous allons rester concentrés sur d’autres catégories professionnelles de relations d’aide, spécifiques à notre sujet principal.

En somme, on constate globalement en France l’utilisation de l’hypnose  dans trois grandes formes de relations d’aide :

 

- L’hypnose pratiquée dans le cadre de l’épanouissement,

- L’hypnose pratiquée dans le cadre de la santé mentale, 

- L’hypnose pratiquée dans le cadre de la santé physique. 
 

DES CHAMPS D’INTERVENTION BIEN DÉFINIS

 

Nous allons maintenant détailler ces formes de relations d’aide et les missions fondamentales des professionnels qui utilisent l’hypnose comme adjuvant dans le cadre de leur pratique, de façon ponctuelle ou régulière." Lire la suite

 

Auteur Gérôme ETTZEVOGLOV
Expert en Hypnose appliquée aux relations d'aide
Président du Syndicat Français des Praticiens en Hypnose Intégrative 
 

La reproduction partielle de cet article est permise sous la condition d’intégrer de manière visible dans votre article : « Auteur, G. ETTZEVOGLOV : WWW.ETTZEVOGLOV-GEROME.COM »